Le pire n’est pas toujours certain, mais…

Pour mémoire : je suis partie cet été en Angleterre jouer les jo en compagnie de 3 mômes : Pierre, 12 ans bientôt, Alexane, 11 ans et demi et François, 10 ans et demi.

Lorsque nous visitions au British Museum la salle consacrée au Mexique j’entendais le système de sécurité émettre à intervalles réguliers un sifflement particulièrement pénible.

Ma première pensée bien sûr : “Mes monstres !”.  

Ma deuxième pensée : “Ne sois pas pessimiste, le pire n’est pas toujours certain !”.

Pour des raisons de décence, je tairai ma troisième pensée lorsque la gardienne m’a dit “Do those kids belong to you ?” avec le ton – qui m’est malheureusement trop familier- de la maîtresse qui déclare qu’elle a quelque chose à me dire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *