C’est un peu, beaucoup des rêves de ma jeunesse qui dorment en prison ce soir avec DSK

Nous avions 20 ans, nous étions étudiants à Hec et nous avions Dominique Strauss-Kahn comme professeur. Nous nous chuchotions qu’un jour, si comme nous le rêvions sans trop y croire, le Ps accédait au pouvoir, il serait un des dirigeants de notre pays. Ca nous épatait ces quelques professeurs qui comme nous étaient de gauche dans une maison où ce n’était pas franchement la ligne et nous les révérions.

Puis quelques années à peine plus tard, un soir de mai, j’ai voté à la campagne. Dans mon village, parmi les jeunes qui attendaient les résultats, nous n’étions que deux à espérer ce qui s’est passé. Alors vers 21 heures, nous sommes partis tous les deux en voiture. 270 km plus loin, Paris. Nous sommes arrivés porte d’Italie, nous avons garé la voiture et nous avons marché dans les rues en chantant, criant et dansant de joie jusqu’à la Bastille où nous avons fait, comme tant d’autres, la fête toute la nuit.

DSK est devenu ministre et la suite tout le monde la connait.

Même si le flambeau était sacrément terni et mes rêves bien plus modestes, je pensais qu’il allait les porter et leur donner un peu de vie et que, dans quelques mois ….

Là, ce soir, je me sens sacrément vieille.

Mais peut-être que ce n’est pas vrai. Juste un cauchemar et dans quelques jours il sera innocenté.

Ps : lorsque j’ai écrit à M Strauss-Kahn qui s’est écrasé sans vraiment combattre devant Ségolène Royal qu’il manquait de couilles, je ne faisais pas allusion à l’utilisation qu’il est accusé d’en avoir fait !

Pas la peine de voyager, les papous sont chez nous

Nous avons eu nos derniers enfants tard. Pierre et François abordent les rives de l’adolescence alors que leur père vient de passer le cap de la soixantaine et moi celui de la cinquantaine.

Alors que nos occupations nous permettraient de nous offrir des échappées, nous sommes rivés à Paris pour cause de collège où il faut aller tous les jours.

Certains de nos amis voyagent, s’offrent des escapades prolongées dans leur maison de campagne, nous ne pouvons pas.

Mais, nous avons constatés qu’avec l’évolution culturelle fulgurante des 30 dernières années -le premier micro-ordinateur vraiment portable date de 1981 – et la révolution numérique, nous avons l’occasion de faire de l’ethnologie en restant à domicile.

Un pré-ado ou un ado digital native ça ressemble à un enfant d’avant par la difficulté de manipulation (un coup, ça vous pète au nez, un coup ça s’effondre) mais c’est à peu près tout.

Tous les référents culturels, tous les codes ont changé.

Alors, pas la peine de voyager, les papous sont chez nous !

Ps : les poux aussi sont souvent là, mais pas en ce moment.